Construction dun chariot pour paramoteur

Construction d’un chariot pour paramoteur

Une aventure aérienne avec le paramoteur

La construction d’un chariot pour paramoteur constitue une étape indispensable pour tous les passionnés de sensations fortes et des sports aériens. Le paramoteur est un engin volant motorisé, très prisé pour sa malléabilité une fois dans les airs, et son accessibilité à tous. La sensation de liberté est incomparable lorsque l’on pratique ce sport aérien. Pour une liberté sans limites dans les airs, il est essentiel de savoir construire son chariot.

Le choix des matériaux, une étape primordiale

En premier lieu, le choix des matériaux pour la construction de votre chariot s’avère primordial. Il est recommandé d’utiliser de l’aluminium pour la structure de base de votre chariot de paramoteur, car il offre un bon compromis entre légèreté et résistance.
Il vous faudra :

  • Des tubes en aluminium de différentes tailles pour la structure de base et le châssis du chariot
  • Des pièces métalliques pour la fixation du moteur
  • Un siège type baquet en fibre de verre ou en carbone pour le pilote
  • Des pneus tout-terrain et de roulements à billes pour le train d’atterrissage

L’assemblage des éléments du chariot : Un processus rigoureux

Une fois les matériaux choisis, nous passons à l’assemblage des éléments du chariot. Pour un assemblage solide et durable, il est nécessaire de disposer d’un bon poste à souder, de rivets, de vis autoperceuses et d’une perceuse.
Tout d’abord, il faut assembler la structure de base avec les tubes en aluminium. Ensuite, il faut fixer le siège baquet sur la structure. En parallèle, il est nécessaire de fabriquer un support de fixation pour le moteur à l’arrière du chariot. Finalement, il ne reste plus qu’à assembler le train d’atterrissage avec les roues tout-terrain à l’avant et à l’arrière du chariot.

Lire aussi :  Taux de réduction moteur paramoteur H&E R120

Intégration du moteur et de la voile

Après avoir assemblé le chariot, il convient d’installer le moteur et la voile. Le choix du moteur dépend de l’utilisation que vous voulez faire de votre paramoteur. Pour un vol libre, un moteur de 70 à 80 kg de poussée suffit. Pour un vol avec chariot, un moteur de 100 à 130 kg de poussée est recommandé. N’oublions pas d’inclure un système de parachute de secours dans le chariot pour garantir la sécurité du pilote en cas d’urgence.

Les tests de vol : ultime étape avant le grand saut

Après la construction et l’installation de tous les éléments du paramoteur, il est temps de procéder aux tests de vol. Tout d’abord, testez le moteur et le système de freinage. Ensuite, vous pouvez procéder à des tests de vol à basse altitude pour vérifier le bon fonctionnement de votre paramoteur.
Il est essentiel d’ajuster le chariot et le moteur en fonction de votre morphologie et de vos habitudes de vol. Le paramoteur doit être confortable et facile à manœuvrer.
Se construire un chariot pour paramoteur est une aventure riche en expériences. Avec un peu de patience, de rigueur et de dextérité, vous pouvez vous envoler en toute liberté dans les airs. Alors, n’attendez plus, lancez-vous dans cette belle aventure.

@amixemtok

#amixem #paramoteur #drole

♬ son original – Amixem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *