découvrez tout ce que vous devez savoir sur les protestations, manifestations et mouvements sociaux à travers le monde. restez informé et engagé avec notre couverture complète.

Pourquoi Okinawa proteste-t-il contre l’entraînement en parachute pendant que les États-Unis cherchent un site alternatif ?

Okinawa, une île au sud du Japon, est le théâtre de tensions concernant l’entraînement en parachute mené par les forces américaines sur son territoire. Face à ce conflit, les États-Unis envisagent de trouver un nouveau site pour leurs exercices militaires. Cette situation complexe soulève des questions sur les relations entre les deux pays et l’impact des activités militaires sur l’environnement et la population locale.

Les origines des protestations d’Okinawa

découvrez l'actualité des protestations, manifestations et revendications : suivez toute l'information sur les mouvements sociaux et les contestations.

À Okinawa, les protestations contre l’entraînement en parachute se sont intensifiées, notamment à Kadena Air Base. Ces manœuvres de parachutage, réalisées environ une fois par mois depuis décembre par l’armée de l’air américaine, ont suscité une vive opposition de la part des autorités locales, notamment du gouverneur Denny Tamaki.

Le 18e Wing de l’armée de l’air utilise le site Ridout comme une alternative, principalement en raison de conditions environnementales et logistiques complexes sur l’île d’Ie Shima.

Les travaux de réparation à Ie Shima

Actuellement, les forces américaines procèdent à des réparations sur la piste d’atterrissage de l’île de Ie Shima. Située au large de la côte nord-ouest d’Okinawa, l’île est utilisée tant par la Marine américaine que par l’Air Force pour divers entraînements, incluant des parachutages.

Le Ministère de la Défense du Japon, par la voix de Minoru Kihara, a confirmé que des matériaux étaient en cours d’acquisition pour ces réparations. Une étude est menée sur les caractéristiques géologiques, notamment les cavités sous la piste d’atterrissage. Les résultats détermineront les prochaines étapes de construction.

Les incidents marquants et la sécurité

Depuis le mois de décembre, au moins six séances d’entraînement ont eu lieu à Kadena, provoquant des protestations. Une séance d’entraînement en avril a notamment impliqué 400 parachutistes, tandis qu’une autre en mai en a vu 70. En juin, aucune séance similaire n’a été réalisée en raison des réparations en cours.

Les incidents de parachutages récents sont perçus par Okinawa comme perturbateurs. L’une des préoccupations principales de la préfecture est la sûreté des résidents locaux et les impacts potentiels sur la communauté.

Les arguments des militaires américains

L’armée de l’air américaine a déclaré que compter uniquement sur Ie Shima pour l’entraînement en parachute n’était pas suffisant pour répondre aux exigences de leur équipe et garantir leur préparation en vue de respecter le traité de défense avec le Japon.

En mai, un porte-parole de la 18e Wing a précisé que les conditions météorologiques, les vents et l’état de la mer étaient des facteurs majeurs limitant l’utilisation exclusive de Ie Shima, forçant ainsi le recours à Kadena.

La position des autorités locales et nationales

Face à cette situation, les autorités d’Okinawa ont protesté auprès du Ministère des Affaires étrangères et du Bureau de la Défense, demandant un arrêt des entraînements à Kadena. Le gouverneur Tamaki a exprimé sur les réseaux sociaux son mécontentement, citant même une affaire judiciaire en cours impliquant un membre de l’armée de l’air américaine pour dénoncer l’insensibilité des forces militaires aux préoccupations locales.

Les autorités locales souhaitent que ces exercices soient déplacés hors du territoire préfectoral, voire hors du pays, pour minimiser les perturbations et garantir la sécurité de la population.

Source: www.stripes.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *